DECOUVERTE DE L'AFRIQUE AUSTRALE

LE BOTSWANA NORD

LE  BOTSWANA  NORD 

Nous avons passé les deux postes de frontières Namibie- Botswana sans problème  et assez rapidement malgré l’agacement non dissimulé des deux dames …qui d’ailleurs ont fait des erreurs !

 

En 2016, le Botswana fêtait le 50ème anniversaire de son indépendance. C’est un pays grand producteur de diamants…Ce minerai représente un tiers  des recettes de l’Etat, cependant celui-ci ne possède pas  une économie florissante…

Le désert du Kalahari s’étend sur une grande partie de son territoire (au sud-ouest).

Nous, nous sommes entrés dans le pays au nord-est dans la région  Chobe  où coule la rivière éponyme,  nous pouvons y  observer la faune d’Afrique.

 

« CHOBE  NATIONAL  PARK »  -20-10

Nous nous installons à Kasane dans « Chobe Safari Camp »construit sur les rives de la Chobe .

Sur le camping, nous avons la visite d’antilopes, de phacochères, de babouins qui se chamaillent dans les arbres…

 

                                               

L’établissement organise des safaris en 4x4 dans le parc, « game-drive», des excursions en bateaux, « Boat-cruise », le long de  «  Chobe Riverfront » et des excursions d’une journée aux Chutes Victoria.

« GAME  DRIVE »

A 6 h du matin, en compagnie de 6 anglais, nous partons en 4x4 à la découverte de la faune de Chobe par des pistes sablonneuses de brousse.

Notre chauffeur guide Motta nous fait découvrir des babouins, en famille, qui courent partout…des phacochères, des mangoustes, des antilopes, impalas et koudous, des girafes, des éléphants, des crocodiles, des hippopotames...

                                                

   

 

 

 

 

 

 

Des vautours et des marabouts  dévorant une carcasse, des oiseaux et un lion caché par la végétation…Ceux-ci sont pourtant nombreux mais difficilement visibles !

 

 

 

                                                       

A 8h, c’est la pause « café- gâteaux »et bavardages…

                                               

Puis, au retour, nous pouvons voir encore et encore des animaux. Heureusement, nous ne nous en lassons pas !

« BOAT  CRUISE »

L’après- midi, nous repartons cette fois sur l’un des nombreux bateaux qui nous emmènent au plus près des animaux qui peuplent les rives de la Chobe.

                                               

Des troupeaux de buffles sont installés sur Sedudu  Island.

Des antilopes, les cobes et les pukus amateurs d’eau sont nombreux.

 

Des crocodiles, de toutes tailles se reposent sur les berges.

                                               

 

Des hippopotames aux larges et impressionnantes gueules se baignent, dorment ou se bousculent…

 

 

Le soir, un troupeau d’éléphants vient s’abreuver.

 

L’avifaune des bords de la Chobe est particulièrement variée. Nous n’avons pas retenu tous les noms…Peut-être …le « bec  en  ciseau» qui vole au ras de l’eau et se repose, à plusieurs,  sur des bancs de sable…

 

                                                

Nous terminons une journée magnifique en admirant depuis le bateau un beau coucher de soleil sur Chobe !

 

 

« VICTORIA  FALLS » 

                        

A 8h du matin, en compagnie d’un couple de Catalans et un jeune couple de Belges, Tessa et Xavier, nous partons en bus pour le Zimbabwe. A la frontière, nous devons prendre un visa mais cela se fait vite…Au Zimbabwe, les chutes sont encore à 60 km…

A l’arrivée, Dingie, le guide, nous explique par exemple que c’est un certain Livingstone en 1855 qui découvrit les chutes par hasard. Il marchait, la végétation de forêt tropicale était dense, il entendit un bruit sourd, ininterrompu, avançait et, par une clairière…Eurêka ! De magnifiques chutes !

 

Seuls, en la compagnie de Dingie, nous faisons tout le parcours, admirons tous les points de vue bien que Jo ait toujours sa béquille !

Les chutes tombent du côté Zambien mais nous les admirons côté Zimbabween. Elles sont belles.

 

 

 

  

                                               

C’est  en avril- mai que le débit est le plus important mais avec une telle « bruine » qu’il doit être difficile de les approcher et même de les voir !

Nous découvrons des plantes, des arbres, un ébène, des acajous, des figuiers…

Nous nous retrouvons et prenons le déjeuner tous  ensemble, échangeant agréablement.

                                               

Après-midi, un dernier petit  tour près des chutes nous permet de voir de magnifiques arcs-en ciel.

 

Le retour se fait en fin de journée avec les mêmes passages en douanes.

Ce fut une journée très agréable ! Ainsi, nous connaissons les chutes d’Iguazu en Amérique du sud, du Niagara aux USA et Victoria au Zimbabwe. Incontestablement ce sont celles d’Iguazu  qui  nous  ont le plus charmés !

                           

 

ROUTE  POUR  NATA – MAUN – LE DELTA DE  L’OKAVANGO.

De Kasane à Nata, bien que traversant des parcs animaliers, la route est un peu triste …ni animaux, ni villages…

Seulement, vers un poste-frontière, il y a une petite ville et quelques cultures, même nous pensons que de grandes étendues ont été cultivées…

 

Sur le bas-côté, deux ou trois petits dik-diks relèvent la tête à notre passage…et soudain…un éléphant  marche  lentement face à nous, nous nous croisons, nous nous regardons et chacun poursuit sa route, heureux qu’il soit passé si près de Joline !

 

Nous avons de très nombreux contrôles sanitaires pour protéger les élevages domestiques : vérification des aliments transportés, désinfection des roues, des chaussures…

Je me suis posée la question : Ont-ils désinfecté les pattes de l’éléphant qui a, sans aucun doute, passé le même point de contrôle ? Nous pouvons nous demander si cela est bien efficace !

 

En arrivant à NATA, la route nationale est terriblement dégradée. C’est celle-ci même qui mène à Francistown et Gaborone la capitale.

 

Cela nous gêne beaucoup nous français, mais il faut être indulgent! Il faut savoir qu’en 1960 le pays ne possédait que douze kilomètres de route goudronnée ! Equiper tout un pays de routes suffisamment résistantes  a  un coût terrible, sans compter l’entretien !

Nous nous arrêtons dans un camping incroyable, « Pélican Lodge », piscine dans la pierre, nombreux bâtiments de pierre et toit de chaume. Sur chaque emplacement, nous possédons un petit « cabinet » de pierre avec douche, wc, lavabo, miroir… un point pour le barbecue  et un pour la vaisselle etc…

                                                

VISITE  DE «  NATA  BIRD  SANCTUARY »

Le delta de la Nata est remarquable. Pendant la saison des pluies de novembre à mai, des nuées d’oiseaux aquatiques s’y rassemblent.  La Nata atteint alors  le « Sowa Pan »constitué d’une couche de boue incrustée de sel et se couvre d’une mince couche d’eau.

Nous sommes un peu en avance pour y voir évoluer les oiseaux mais d’un autre côté, plus tard, nous n’aurions pas pu y rouler et donc découvrir les autres animaux…

Nous y passons une matinée, à observer les gnous, quelques oiseaux…et même des vaches (domestiques, mêlées aux animaux sauvages ! Ici, aucune précaution !).

 .

                                                

Un chacal à chabraque vint s’abreuver. Passant trop près du troupeau de gnous, ceux-ci  se préservent et foncent sur lui…

 

 

                                                

A la mi-journée, ce sont les zèbres qui viennent, comme dit  Jo, prendre l’apéro avec les gnous !

                                                

Tout ceci est très intéressant et reposant.

 

L’après-midi, courses terminées, il faut bien se réapprovisionner puisqu’ils nous ont confisqué tous nos fruits hier au contrôle sanitaire, réservoir de gasoil rechargé, nous partons  sur la A3 pour  essayer de  rejoindre  MAUN  à  310 km afin de visiter le delta de l’Okavango.

Nous roulons 10 km sur une belle route, nous nous y voyions déjà !

Puis ce fut le cauchemar, des trous acérés dans le bitume, de toutes tailles, de toutes profondeurs, tantôt à droite, tantôt à gauche et finalement sur toute la largeur de la route… Nous faisons du gymkhana sur environ 30 km…Puis nous nous posons la question…Le delta, OK ; ce doit être génial mais vaut- il mieux insister ou rebrousser chemin pour être plus sûrs de poursuivre le voyage ? Conduire sur plus de 300 km de cette manière doit être épuisant ! Nous devons aussi  garder la forme !

 

Nous retournons donc sagement au camping  à Nata.

LE  DELTA  DE  L’OKAVANGO. Nous sommes terriblement déçus car ce lieu est exceptionnel. Il se situe à l’ouest de Chobe. C’est le débouché d’un fleuve long de 1300 km qui prend sa source en Angola.. Il est considéré comme un paradis aquatique ponctué d’iles et de cours d’eau  sinueux, comprenant une faune exceptionnelle. C’est l’un des plus grands deltas intérieurs au monde.

En effet, l’Okavango subit des variations impressionnantes de débit suivant les saisons. Après avoir atteint leurs limites en septembre, les eaux commencent à s’évaporer et sont absorbées par les sables si bien qu’il n’atteint jamais l’océan !

Certains projets concernant l’eau au Botswana et dans les pays voisins menacent ce site qui peut disparaitre et devenir un désert comme le reste du Kalahari.

 

DE  NATA  A  PALAPYE

Avant de quitter Nata, nous vous avons envoyé le précédent article de blog. Et pour clore un sympathique séjour, nous sommes allés diner dans leur restaurant. Comprenez bien qu’un délicieux diner, à deux personnes, revient à  moins de 25 euros ! Pour autre information, le litre de gasoil coûte 0,75 Euros.

La route de Nata à Francistown est aussi complètement dégradée et c’est en évitant sans arrêt les trous que nous avançons.

Nous avons un nouveau contrôle vétérinaire. Cette fois, le jeune nous réclame des tee-shirts et deux oranges pour lui !

Après Francistown, la route est belle et c’est alors que nous pouvons enfin contempler les beaux arbres, baobabs, mopanes, acacias…Les maisons des villages sont en dur et nous ne voyons presque plus de cases.

 

 

Le camping où nous nous installons est encore très agréable,  « Camp Itumela ». Cependant, je peux vous assurer que, aux « toilettes », si vous tentez de vous « concentrer »ça doit être difficile ! Mur en cercle, ouvert, sans porte, W C au plein milieu, le ciel au-dessus de la tête ! Les douches ont le même style.

 

                                            

Cela rappelle notre enfance à la campagne avec les WC rustiques !!!

C’est amusant ! Plus loin, des bâtiments plus conventionnels existent. Le propriétaire est un peu artiste, la déco du bar et autre le prouve. C’est sympa !

 

L’EST  DU  BOTSWANA

KHAMA  RHINO  SANCTUARY – MATINEE

De Palapye, nous partons au-delà de Serowe sur la route d’Orapa pour visiter «  Khama Rhino Sanctuary ».

Au début des années 1990, les rhinocéros ont failli disparaitre du Botswana. C’est alors que les habitants de Serowe ont créé ce parc. Maintenant, il compte une cinquantaine de rhinos blancs et cinq noirs, des impalas, des zèbres…Nous faisons toutes les formalités pour l’entrée dans le parc, l’excursion en 4x4 et le camping, nous devons séjourner obligatoirement à l’intérieur du camping la nuit.

Il était convenu qu’on venait nous chercher au camping à 16 h pour aller découvrir les rhinos.

Et là commença le cauchemar…nous prenons la piste du camping, 4 km à faire, le sable est profond par endroits mais Joline avec sa motricitée renforcée se débrouille très bien quand soudain, Plouf ! Fini ! « Plantés, Joline et ses occupants ! »

A la pelle, Jo retire du sable mais le dessous est carrément posé sur un monticule de sable. Il pose les plaques de désensablement , essaie de démarrer une fois… deux fois et plus…Rien à faire, les roues creusent…

 

Je m’équipe d’un chapeau, d’une chemise à manches longues, d’une bouteille d’eau…Il fait environ 40° ! Sans réfléchir, je garde mes sandales et me voilà repartie à l’Office à l’entrée pour demander de l’aide, nous étions presqu’au terme de la piste ! Je marche, je marche, m’enfonce dans un sable brûlant qui rentre à chaque pas dans mes sandales, me brûle littéralement les dessous de pieds…Qui n’a pas marché dans le sable du désert ne peut s’imaginer !

Je me dis : « Il y a tout de même des jours « pas marrants » ! Comme j’arrive à l’office, un 4x4 surgit, je l’arrête ! Sydney me fait monter, nous allons sur les lieux du « naufrage ». Il téléphone à Nume …On nous sort des « ornières », on fait difficilement demi-tour et vaillamment, comme nous étions venus, Jo guidant Joline avec d’habiles coups de volants, nous retournons vers l’entrée du parc où on nous installe près du restaurant.

KHAMA  RHINO  SANCTUARY  -APRES- MIDI

Douce récompense ! Seuls avec Dilan pour chauffeur et guide nous partons dans le parc. Nous voyons beaucoup d’impalas, de redhartebeests, de springboks….

 

 

Mais aussi, un bus ensablé ! Nous ne sommes pas les seuls !

                                                

Surtout, nous pouvons observer des rhinos…des rhinos blancs, en famille, isolés, quelquefois si près de nous que nous ne pouvons qu’être émus.  Dilan donne tous les détails, leur vie, les différences entre rhinos blancs et noirs qui sont ailleurs que dans la couleur car, tous les deux sont gris- clair…

 

                                                

 

Nous observons aussi une autruche en train de couver. Dilan, comme toujours, nous explique que la femelle pond une vingtaine d’œufs, couve le jour et le mâle la nuit, pendant trois mois…

                                                

Nous avons apprécié le grand intérêt qu’il portait à tout expliquer.

Nous sommes rentrés après le coucher de soleil, heureux mais conscients que cela est au détriment de la tranquillité des rhinocéros.

                                                

Je ne raconte pas en détails la fin de la journée car elle se termine comme elle a commencé. Comme nous rentrons de notre excursion, nous devons changer de place : Toute une troupe de fêtards s’est installée tout contre Joline, avec tables nappées, assiettes, couverts, barbecue…

Pourvu qu’un surveillant ne connaissant pas notre histoire ne vienne pas  nous déloger la nuit ! Nous devrions être dans le camping !

Rassurez-vous, nous nous en remettons, les rhinocéros adoucissent… les complications !!!

                            

                            

 

Nous allons quitter le Botswana, très beau pays, attachant. Nous n’avons pas pu voir tous ses beaux sites. Beaucoup utilisent l’avion pour aller d’un point à un autre… Notre façon de voyager ne nous le permet pas…

Nous allons retrouver l’Afrique du sud d’où, nous espérons, nous vous enverrons encore des photos pour partager avec vous notre aventure.  A  bientôt! 


Publié à 13:12, le 5/11/2018, dans LE BOTSWANA, Graskop
Mots clefs :



Bonjour

{ 15:20, 5/11/2018 } { Publié par Une personne anonyme }
Encore merci de nous faire visiter de si beaux pays ( en photos) que nous ne visiterons jamais.
Amitiés
André Daniéle

Commentaire sans titre

{ 21:24, 5/11/2018 } { Publié par TMartine et Luc }
MERCI encore et encore pour ce beau partage
Que d'émotions encore !
Prenez soin de vous te bonne route !!!
Bises

Commentaire sans titre

{ 19:12, 7/11/2018 } { Publié par Marie-Christine }
Bonsoir, que de beaux souvenirs en perspective! Vos photos et récits me permettent de voyager et de suivre votre beau périple.
Je suis contente de vous voir en forme malgré quelques problèmes. Alors bonne continuation et profitez bien de ce magnifique voyage!
Je vous embrasse
Marie


Commentaire sans titre

{ 05:14, 8/11/2018 } { Publié par Renée ViaudTapez ici votre prénom nom ou pseudo }
Que de surprises vous attendiez-vous à un voyage aussi enrichissant? Cette Afrique tant méconnue et pourtant tellement riche et surtout tellement différente de l'Europe et de l'Amérique, je ne sais quoi en dire...
À part vos incident comment allez-vous?

Annie

{ 09:36, 13/11/2018 } { Publié par annie Clement }
On peut dire que vous étiez en bonne compagnie pour passer la nuit.
Les oiseaux sont splendides.
Les animaux au bord de l’eau quel beau spectacle.
Belles chutes victoria vous en avez pris plein la vue.
Bel éléphant il n’a pas fait la circulation.
Camp Itumela en effet c’est amusant vous avez le siège des toilettes en plein air (pas d’odeur je pense)
Vous en avez bavé pour désensabler Joline. On oublie le désagrément quand on voit les rhinos.
A très bientôt en Afrique du sud .
Prenez soin de vous
Bises Annie


clairembois

{ 11:05, 17/11/2018 } { Publié par christian et Andrée JANNY }
Nous venons de passer un agréable moment en votre compagnie et vos beaux récits.
Nous attendons avec impatience la suite.
Grosses bises et à bientôt
Andrée


{ Page précédente } { Page 4 sur 11 } { Page suivante }

Qui suis-je ?

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

Mes albums

Où suis-je actuellement ?



«  Décembre 2018  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31 

Sites favoris


Rubriques

AFRIQUE DU SUD RETOUR
AFRIQUE SUD RETOUR
APRES LE LESOTHO
CAPE TOWN ET COTE OUEST
DEBUT DU VOYAGE
LA NAMIBIE
LA NAMIBIE SUITE
LE BOTSWANA
LE LESOTHO
NAMIBIE FIN
NOTIFICATION

Derniers articles

APRES LE LESOTHO, RETOUR EN AFRIQUE DU SUD
EN ROUTE POUR LE LESOTHO
RETOUR EN AFRIQUE DU SUD
LE BOTSWANA NORD
NAMIBIE NORD

Amis